Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

b-foot.overblog.com

b-foot.overblog.com

L'actu Foot analysée, commentée, critiquée... différemment.


Ligue 1 épisode 29 : Pourquoi de telles surprises ?

Publié par Florian sur 18 Mars 2013, 21:59pm

Catégories : #Ligue1, #PSG, #LOSC, #OL, #OM, #ETG

Ligue 1 épisode 29 : Pourquoi de telles surprises ?

Avant même son début, la 29e journée de ligue 1 s’annonçait comme une journée de transition. A part l’alléchant ASSE-PSG, seul match du haut de tableau, les écarts devaient rester les même compte tenu de la différence de classement sur chaque match entre les deux équipes. Les écarts sont bien restés identiques… mais dans le mauvais sens !

3 points pris seulement par les 7 premiers sur les 18 possibles… indigne d’un grand championnat. Cela ferait presque passer le point pris par l’OM contre Ajaccio au Vélodrome, pour un exploit. Car entre Lyon humilié à Bastia, -qui avait réalisé un 5/24 sur les huit journées précédentes, Lille se faisant surprendre à domicile contre Evian, Montpellier, Rennes et Nice eux aussi battus, les Marseillais pouvaient bien rigoler. Comment peux-ton en arriver à ce massacre ?

Alors, on peut ressortir les vieux arguments : c’est du foot tout est possible, ça fait le charme du championnat de France où toutes les équipes peuvent battre toutes les équipes… Parce que voir un potentiel troisième (Nice) perdre contre le bon dernier c’est charmant ? Non, je préfère voir le Real, 2e depuis peu en Espagne, balayer le real Majorque 18e, 5-2. Le Real a peiné pendant 50 minutes ? Oui mais il a gagné, au final assez largement. Nice a aussi peiné ? Oui, et ils ont perdu. L’absence d’une hiérarchie claire en tête du championnat français manque cruellement. Le PSG, premier actuellement, serait seulement 4e en Espagne avec une journée supplémentaire de disputé ! L’OL 5e en Angleterre !

Chaque année, une surprise se dégage en ligue 1 : Nice cette année, Montpellier, avant, Nancy il y a quelques années. Ces histoires sont belles sur le moment, mais elles soulèvent de réelles questions : Comment un club si éloigné des meilleurs budgets peuvent-ils réaliser non pas sur un match mais sur une saison ? Pourquoi cela se reproduit-il chaque année ? Pourquoi uniquement en France ? Les joueurs d’expérience du PSG (Zlatan/Thiago Silva/Alex/Beckham…) apportent beaucoup plus que leur simple niveau de jeu.

Ce manque de concurrence fait peser de gros problèmes visibles en C1/C3. On voit les équipes françaises naïves, incapable de se transcender, toujours en train de déplorer « on n’est pas passé loin, mais on a perdu » pourquoi ? Tout simplement car ces clubs ne sont pas habitués à la jouer. L’expérience de la plupart des clubs français est inexistante ! C’est la réelle différence entre Bordeaux et Benfica, pour reprendre le cas le plus récent. Certes, bordeaux n’a pas démérité, mais n’est-ce pas le constat après chaque élimination ? Alors que Benfica est rodé aux coupes d’Europe, depuis quand Bordeaux n’a-t-il pas disputé de match éliminatoire européen, type 1/8 de finale ? Depuis leur parcours en quart avec Laurent Blanc en 2010. 2 (trop) longues années. Et les deux années précédant leur performance, Bordeaux avait été éliminé en 1/16 de finale, notamment lors d’un match rocambolesque à Galatasaray… l’expérience s’acquiert en participant chaque année au match coup près. Cela leur a permis de se débarrasser de l’Olympiacos en 2010, adversaire certes à leur porté. Mais n’a-t-on pas dis la même chose cette année avec Montpellier face au même adversaire (au final 2 défaites pour les héraultais) ?

Alors quelle explication pour cette 29e journée ? Pitié, ne ressortons le fameux constat « les adversaires mal classées sont toujours très motivés » que je viens d’entendre chez Rudi Garcia, entraineur de Lille et François Clerc, joueur de St Etienne dans Luis Attaque ce lundi. Car se battre pour l’Europe ce n’est pas motivant ?? Tenter de contrecarrer le PSG n’est pas un challenge beaucoup plus prenant que celui du maintien (cf OL) ?? Peut-on remettre en question une équipe qui déjoue contre un mal classé ? Ces déclas sont de fausses excuses qui cachent un manque absence d’envie : tout simplement un manque de professionnalisme. Alors Messieurs les footballeurs, faites votre travail en battant des équipes plus faibles que vous, et vous serez récompensés non seulement par des victoires, mais également par de grandes émotions.

Vive les victoires nettes, logiques et sans bavures !

Florian

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents