Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

b-foot.overblog.com

b-foot.overblog.com

L'actu Foot analysée, commentée, critiquée... différemment.


Cash investigation : le football en prend (à raison) pour son grade.

Publié par Florian sur 12 Septembre 2013, 19:54pm

Catégories : #TV

Cash investigation : le football en prend (à raison) pour son grade.

Cash investigation avait décidé de s’attaquer mercredi soir au football. C’était le deuxième rendez-vous de ce programme qui traite « du merveilleux monde des affaires » pour la saison 2013. Il est allé droit au but.

L’enquête a duré plus d’un an. Cela a laissé le temps au journaliste Martin Boudot d’explorer de nombreuse piste à grand coup de culot, et de nous fournir des informations pour le moins…dérangeantes. La taille de l’émission, une heure trente, donnait déjà plus de crédibilité qu’un reportage de vingt minutes proclamant délivrer toute la vérité. Le journaliste a l’air d’avoir vraiment bien fait son travail, jouant de bluff et de culot pour décrocher des interviews. Malgré tous les vents qu’il a dut se prendre, les coups de fils incessant sans réponse, il a réalisé un très bon travail.

Pourtant, l’investigation commence assez doucement. La première partie sur Madin, le petit génie du ballon rond n’apporte rien de vraiment nouveau. Que des clubs s’arrachent les joueurs dès que leur talent est détecté parait inévitable. Ce procédé n’a rien de dérageant, ou alors réclamons la fin du cirque chinois. A huit ans, les enfants sportifs sont déjà entraînés comme des pros la-bas. Non pas que ce soit louable, mais dès que le milieu tend vers une organisation professionnelle, cela se passe partout. Seul la prime de 90 000 euros par année de formation m’interpelle, car c’est bien elle qui encourage ce système. Sinon, les clubs n’auraient pas d’intérêt à chercher des joueurs si jeunes.

Mangala n'appartient plus qu'a 57% à Porto

Mangala n'appartient plus qu'a 57% à Porto

Le passage à Clairefontaine est au moins instructif sur un point : quand on possède une belle voiture, les vitres teintées, on peut aller partout dans le football. La manière dont le journaliste et Elise Lucet passent est vraiment caractéristique de la société actuelle. Les agents peu scrupuleux sont assez fréquemment décris, mais il faut les considérer comme ce qu’ils sont : à la marge. C’est aussi à l’entourage de ne pas se tromper de personne. Si les parents demandent de l’aide à un entraineur fédéral, ils seraient guidés.

Le vrai problème: les institutions qui régissent le football

Mais le cœur du problème arrive après. Car des comportements déviants, il y en a partout, et même dans une société hyper surveillée. L’important est de voir comment les autorités réagissent pour contrer les hors-la-loi. Dans le reportage, Cash investigation montre les cruelles failles des dirigeants. Un premier indice est donné quand Boudot pose des questions à Michel Platini, le président de l’UEFA. Les réponses de l’ancien n°10 des bleus font mal à entendre. Le journaliste l’interroge sur les acquisitions de « part »de joueur par des sociétés d’investissement, ce que Platini avait promis d’éradiquer. Le message renvoyé : j’ai essayé, mais on m’a rembarré…

Sur ce point, je veux bien croire Platini. Aujourd’hui, ce ne sont plus les dirigeants des associations de football qui contrôlent ce sport, mais bien les investisseurs. C’est un gros problème, qui ne sera pas facile à résoudre : quand on commence à donner du pouvoir, jamais reprend. Dans les instances internationales, la palme est attribuée sans hésitation à la FIFA. Le pauvre Jérôme Valcke, secrétaire général de la FIFA est totalement dépourvu face aux remarques d’Elise Lucet. Ses yeux reflètent l’expression d’un animal qui sait qu’il est pris au piège sans pouvoir rien faire. Sur chaque question (le sens du mot « honneur », la corruption, les membres encore en place), il s’enfonce un peu plus. Il doit avoir conscience que sa cause est indéfendable…

Dans le mode « gouvernance gangrénée », la France n’est pas mieux. Le Graët a perdu tout le peu d’estime que j’avais pour lui quand il dit en substance que tant que l’agent est son ami, rien ne peut lui arriver. Tel agent ne déclare pas les joueurs qu’il conseille ? Réponse du breton : « Il fait du bon travail, on va souvent au resto ensemble c’est un gars bien ». L’expression qui décrit cette situation est : « conflit d’intérêt ». Evidemment, après cet argumentaire, on peut comprendre qu’il est certaine faille au système.

Le gestion des agents par le président de la FFF est controversée

Le gestion des agents par le président de la FFF est controversée

Même la sacro-sainte DNCG est épinglée. Le gendarme financier de football, est hébergé à la ligue des clubs professionnels, ceux-là même qui sont contrôlés par lui tous les ans ! « Conflit d’intérêt » est vraiment l’expression à la mode dans le football. Mais le prix spécial est accordé à un salarié de la FFF chargé du contrôle des transferts. Il valide le transfert de Sanchez, un joueur de Valenciennes, alors que tout indique que cette transaction cache une opération de fraude fiscale. Or, sur sa chaise de bureau, on retrouve un maillot du club du nord floqué du nom… Sanchez. « Un cadeau pour avoir bien supervisé le transfert »explique-t-il. Il serait surprenant qu’il soit encore à la FFF dans deux mois, lui.

Au final, cette émission a vraiment apporté un plus dans la compréhension du football. Le global laisse une sensation de dégoût vis-à-vis du ballon rond. Mais mieux vaut connaître un bout de vérité plutôt que de se complaire dans de fausses illusions. Il n’empêche, je continuerais à défendre le foot lorsqu’il est défendable, ce qui bien sûr n’est pas le cas concernant les institutions montrées sous ce jour. Le véritable enjeu ici n’est pas d’édicter de nouvelles règles, mais d’appliquer celles déjà existantes. Quand ce sera fait, le football respirera mieux.

Florian

Cash investigation du 11 septembre 2013 « Foot business : enquête sur une omerta ». Encore visible sur pluzz jusqu’au 18 septembre. A voir sans attendre !

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents