Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

b-foot.overblog.com

b-foot.overblog.com

L'actu Foot analysée, commentée, critiquée... différemment.


Et pendant ce temps-là Zidane…

Publié par Florian sur 15 Février 2015, 20:43pm

Catégories : #Zidane

Que septembre est loin ! Empêtré dans une polémique sur son droit d’entraîner, auteur d’un début de saison catastrophique avec son équipe, la première expérience de ZZ sur le banc semblait tourner au vinaigre.

Quatre mois plus tard, le tableau est idyllique : la Castilla du Real de Madrid trône désormais en tête de sa poule de Seconda B, la troisième division espagnole. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : pendant les cinq premières journées, le Real B comptait une petite victoire pour quatre défaites. Lors des 20 journées qui ont suivi, le Real B a glané 40 points, réparti en onze victoires, sept matchs nuls, pour une défaite. Autre preuve du spectaculaire redressement, l’équipe de Zidane a enchaîné trois victoires… précisément contre les équipes qui l’avaient battu en début du championnat !

Zidane a déjà gagné ses galons d’entraîneur en tant qu'adjoint de Carlo Ancelotti.

Zidane a déjà gagné ses galons d’entraîneur en tant qu'adjoint de Carlo Ancelotti.

Roulette, passement de jambe : les ennuis de l’après carrière dribblés comme des plots !

Le championnat étant (assez logiquement) peu suivi en France, peu d’informations sont disponibles sur les causes du redressement. Des enseignements peuvent néanmoins être tirés. Premièrement, même si il est évident que Zidane n’a pas la seule cause du redressement spectaculaire, son rôle doit être important. Dans un récent billet, l’animateur de RMC Daniel Riolo estimait à 30% la part de l’entraîneur dans les résultats de son équipe (contre 60% au président, et 10% aux joueurs). Les joueurs n’ont pas changé entre temps, et on peut supposer que la direction, entre ligue des champions et ligue A, délaisse son équipe B. L’influence de Zidane doit donc ne pas être sous-estimée selon moi. Les doutes, légitimes, sur sa capacité à entrainer paraissent ridicules. En tout cas, si connaître son réel potentiel à tirer le meilleur de ses joueurs est impossible à ce stade, ce potentiel existe bel et bien.

Un entraîneur intelligent

Si il y a une critique sur Zidane injustifié, c’est bien le fait qu’il a tout dans les pieds et rien dans la tête. Sous prétexte de ses mauvaises prestations médiatiques, certains l’ont catalogué comme tel. Au contraire, je trouve que sa gestion de l’après football témoigne d’une lucidité et d’une intelligence rare. Il aurait largement plus grillé les étapes. Je suis sûr que plus d’un grand club aurait sonné à sa porte s’il avait clamé son désir d’entraineur. Et des propositions de contrats, il a dû en recevoir des tonnes. Mais non, Zidane a pris son temps, pour enchaîner les rôles différents au sein de l’organigramme du Real: conseillé du Président, manager sportif au temps de Mourinhio, entraîneur adjoint avec Ancelotti… ce n’est d’ailleurs pas anodin que le Real a gagné sa Decima l’année au Zidane était adjoint.

ZZ a aussi passé tous les diplômes d’entraîneur, gravissant progressivement les échelons. Et pour l’instant, c’est un sans-faute ! Aucune déclaration sulfureuse, aucune polémique lancée, aucun clash rapporté... L’image est parfaite, la classe inégalée.

Sa carrière d’entraîneur n’en est qu’à ses débuts, dans le relatif anonymat de la Seconda B. Mais je prends les paris, le palmarès de Zidane va encore s’étoffer dans les prochaines années.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents