Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

b-foot.overblog.com

b-foot.overblog.com

L'actu Foot analysée, commentée, critiquée... différemment.


Platini ou l’homme qui vivait dans le passé

Publié par Macky sur 14 Janvier 2014, 15:21pm

Catégories : #FIFA, #Platini, #Blatter

Platini ou l’homme qui vivait dans le passé

Toujours adepte des déclarations publiques pour le moins équivoques, fonctions présidentielles obligent, notre « platoche » national s’est illustré une nouvelle fois hier, en critiquant ouvertement le système. Serait-il un poil trop conservateur ? … Oh non, juste un peu…

Platini toujours au rendez-vous

Vous ne l’aurez pas manqué, hier soir était décerné le prix du Ballon d’Or FIFA 2013. Evidemment, toute la planète football attendait patiemment le dénouement final, ou plutôt, attendait une simple confirmation, le couronnement de Cristiano Ronaldo. Mérité pour certains, aberrant pour d’autres, ce qui est sûr, la deuxième place sur le podium de Messi au profit du Kaiser Franck relève pour certains de l’absurdité, synonyme de double peine. Bref, deuxième ou troisième, seul le titre est important, Ribéry le premier en est conscient. Alors à quoi bon se peiner pour des broutilles ? Quoi qu’il en soit les débats sont désormais clos… du moins pour ma part.

Mais comme souvent, c’est sur certains détails que je préfère me focaliser. Et hier à Zurich, il n’en a pas manqué. Entre la sulfureuse Fernanda Lima, le terrible vent de Neymar, la tenue cerise de Léo Messi et j’en passe, nous avons été servi.

Mais ce qui restera le moment marquant fut la nouvelle déclaration de Monsieur Michel Platini, président de l’UEFA… Oui encore lui…

La FIFA pour cible récurrente

Déçu pour Ribéry, Platini semblait hier désabusé et n’a une nouvelle fois pas manqué de critiquer ouvertement la FIFA en remettant en cause le système du Ballon d’Or : « Si un Espagnol ne le gagne pas en 2010 et que Franck ne le gagne pas cette année alors qu'il a tout gagné, c'est qu'il y a un petit problème » lâchait-il, « L'année prochaine, on aura encore Ronaldo ou Messi. Et dans deux ans Messi ou Ronaldo », regrettait Platini. « Pendant 50 ans, le Ballon d'Or a tenu compte du palmarès sur le terrain. Là, c'est plutôt basé sur la performance globale des joueurs. Même si Ronaldo est un très grand Ballon d'Or, il y a un petit quelque chose qui a changé depuis qu'il est passé à la FIFA ».

A-t-il profité de l’occasion pour tacler de nouveau la fédération internationale et surtout l’homme à sa tête (car oui c’est bien lui qu’il vise) et réaffirmer son conservatisme accrue ? Ou bien a-t-il voulu saisir l’opportunité de se voir rallier tous les mécontents et révoltés contre Sepp Blatter (qui pour 99% sont français, car ailleurs tout le monde est bien conscient qu’existe un monde en Messi-Ronaldo et les autres, pauvre France), afin de conforter son long chemin vers la fonction suprême (qu’il désire secrètement) ?

Vous l’aurez compris les deux avis sont forts probables. Car ce n’est que la 300 ème fois que Platini s’attaque à la FIFA. « Platoche », change un peu tes disques ! On le sait que la présidence de la FIFA te séduit, on a aussi compris que derrière ces pseudos-débats se cachent d’autres enjeux. Oui Blatter te l’a faîte à l’envers en 2011 en te désignant comme son successeur mais rempilant finalement pour un nouveau mandat. Blatter aussi se fait vieux (il a 77 ans), ça tu l’a très bien compris… Car toi et tes petits copains européens aimeriez instaurer une limite d’âge. Etrange coïncidence…

La théorie du « c’était mieux avant »

Mais la réalité dérange car Platini censé nourrir l’évolution du football ne fait que la retarder. En effet, son opposition frontale quant à toutes réformes envisagées ne fait que ralentir la marche nécessaire du football mondial, notamment européen.

Préférer le système de choix du Ballon d’Or d’avant, vouloir revenir à des valeurs d’antan, être contre l’instauration de nouvelles techniques d’aides aux arbitres, tout cela nous ramène inévitablement au passé.. Platini n’a-t-il pas le syndrôme du « c’était mieux avant ! » ?

Ce n’est pas le célèbre président napolitain De Laurentiis qui dira le contraire : « Michel Platini me préoccupe, le monde a changé et il devrait se connecter avec la nouvelle réalité des choses » livrait-il il y a quelques mois au sujet des calendriers surchargés.

Malheureusement, refuser le progrès à un nom, d’ailleurs très connu en politique : le Conservatisme.

Que « platoche » le sache, le football n’est pas la politique, les passionnés ne sont non plus des électeurs à convaincre. Arrêtons de vivre dans le passé car le foot d’hier n’est plus celui d’aujourd’hui, avancer c’est aussi faire aujourd’hui ce que nous n’avons pas pu faire hier …

Macky

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents